Toutes les violences se condamnent !

Le dernier né des plans sociaux d’Air France, le « Plan B », reste en travers de la gorge des salariés. Depuis 2008, des efforts incessants sont demandés à l’ensemble des personnels de la compagnie, 15 000 postes ont déjà été supprimés avec le plan Transform. A la fin de ce CCE qui se tenait au siège de l’entreprise à Roissy, des dirigeants ont été victimes de violences physiques. Actes commis en marge du cortège pacifique des salariés en grève.

La CGT et la quasi totalité des organisations syndicales de l’entreprise ont condamné avec fermeté ces agressions. Dans un entretien au Point, Xavier Broseta, DRH de la compagnie, raconte comment, grâce à l’aide du syndicat, il a pu quitter les lieux : « Des délégués CGT, que j’ai remerciés ensuite par SMS, sont venus m’aider à sortir de la salle  ».

Lire l’article de Sabine Ferry.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.